Vous êtes ici
Page d'acceuil > Déco, Habitat
L’architecture d’intérieur procède des arts décoratifs comme de l’architecture. Elle conçoit l’architecture à l’échelle intime de la vie quotidienne et l’inscrit dans les comportements domestiques, professionnels, culturels des hommes.
Elle mène l’architecture à son terme, dans le détail rationnel et poétique, en jouant avec les espaces, la lumière, la couleur, le mobilier, les équipements, les objets et l’individualité de l’occupant, afin de créer des lieux non seulement opérationnels et confortables, mais reflètent la

personnalité du commanditaire.Située dans cette perspective très spécifique, la pratique professionnelle est néanmoins structurée comme celle de l’architecture : le processus de conception et de réalisation des projets suit le même trajet.

Le public et le privé

Pour la grande majorité des habitants du continent européen, le concept de vie privée n’existe pas jusqu’au xviie siècle : on habite, on travaille parfois et l’on dort dans la même pièce que les autres membres de la maisonnée. Maîtres et serviteurs partagent la même chambre, la salle commune – le bois est rare et cher et se chauffer un luxe que l’on partage.
Dans l’architecture palatine, le concept du passage de la sphère publique à la sphère privée se dessine peu à peu. Des salons de réception – publics – ont pour objet de montrer aux visiteurs la richesse et la puissance du propriétaire. Une ou plusieurs antichambres ont pour objet de filtrer les « clients » et autres quémandeurs.
Sur le plan de l’hôtel d’Espinchal par Claude Nicolas Ledoux, ci-dessus, on remarque sur la gauche l’enfilade Salon (publique), seconde antichambre (semi-publique) et antichambre (plus privé). Les appartements privés déroulent l’enfilade classique : chambre à coucher (où l’on peut recevoir ses intimes) avec la garde-robe adjacente, le cabinet (réservé au calme et au travail) et le boudoir (totalement privé – notons la proximité avec les lieux à l’anglaise). L’escalier, souvent morceau de bravoure architectural et pièce centrale sinon principale des palais, est ici relégué au rôle utilitaire de jonction avec l’étage supérieur privé et n’est accessible depuis les pièces de réception que par un passage discret presque dérobé.
Avec l’élévation du niveau de vie consécutif à la révolution industrielle, ce modèle nobiliaire séparant vie publique (réception) et privée (habitation) va être copié par la bourgeoisie puis la petite bourgeoisie pour devenir un standard.

La Chambre – du public au privé

La chambre d’apparat contient le lit qui, à une époque où le mobilier est rare et consiste en quelques tabourets, quelques coffres, est le meuble le plus riche et le plus orné. C’est là qu’on reçoit ses hôtes. « Chambre » ne deviendra le synonyme de « chambre à coucher » que plus tard, vers la fin du xviiie siècle, à cause, précisément, de la présence de ce lit d’apparat alors qu’elle n’est qu’un dérivé du latin camera qui signifie « pièce. »
Lorsque le rang le permet, elle est précédée d’une salle d’audience pour recevoir les personnes de rang moindre. La « chambre » étant réservée alors aux personnes que l’on veut honorer, aux pairs, aux intimes. Symbole de ce changement de statut, le xviiie siècle crée l’alcôve (et ne cesse d’en parler dans la littérature libertine du temps). Le lit doit désormais se cacher et la chambre est un endroit où règne l’intimité.
L’enfilade antichambres / chambre peut être prolongée par les appartements (ce lieu où l’on se tient « à part »), ces pièces où se forme le sentiment de l’intimité et du privé. Ceux-ci, typiquement, sont constitués d’un boudoir (si ce sont les appartements de madame) ou d’une étude, d’une garde-robe où l’on s’habille, de lieux d’aisance où l’on se soulage et se lave. La salle de bains n’apparaît que plus tard, au xixe siècle, avec le progrès industriel qui permet de produire canalisations et chauffe-eau.

La cuisine – du domestique au public

L’évolution de la place de la cuisine dans l’architecture intérieure aide à comprendre les enjeux auxquelles celle-ci doit faire face : reflet sociologique des usages du temps, soumis aux contraintes techniques.
Les exemples qui nous restent du Moyen Âge de cuisine témoignent de la peur des incendies : ce foyer qui chauffe et nourrit est aussi source d’un feu destructeur aussi les cuisines sont séparées du corps de bâtiment principal et, comme le donjon défensif, sont en dur quand la plupart des maisons, hangars et autres bâtiments utilitaires sont en bois.

Top